Quels classiques de la littérature lire ? #1

La littérature, on adhère ou on déteste ! Généralement, on ressort traumatisé à cause du lycée et de toutes les œuvres qu’on nous a forcé à lire. Là est le problème, ou en tout cas l’a été pour moi. Aussi longtemps que j’ai été contrainte de lire un livre, je n’arrivais pas à l’apprécier à sa juste valeur et c’est une fois mes études terminées que je me suis rendue compte qu’on pouvait éprouver un certain plaisir à les parcourir. Oui oui, il est possible d’apprécier un bon classique de la littérature et c’est pourquoi j’ai décidé de lancer une série d’articles sur les classiques de la littérature française et étrangère ! Avec un peu de chance, j’arriverais peut-être à te convaincre qu’elle n’est ni poussiéreuse ni ennuyeuse.

Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur d’Harper Lee

C’est l’ouvrage le plus récent de cet article, ce qui explique la facilité de lecture. On ne va pas se mentir, si certains romans sont des chefs-d’œuvre de la littérature, beaucoup ont un style très lourd et indigeste à la lecture. Ce n’est pas le cas avec Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur et c’est bien pour ça que je le mets en pôle position. A mi-chemin entre le roman d’apprentissage et le thriller, on découvre l’histoire de Scout, une petite fille vivant dans l’Alabama des années 60. Son père est un avocat droit dans ses bottes et en avance sur son temps comparé à ses compatriotes. Dans une Amérique raciste, il va assurer la défense d’un homme noir accusé du viol d’une femme blanche. Scout revête l’image de l’innocence et le lecteur assiste à l’histoire à travers ses yeux ce qui rend la encore plus poignante.

Injustice, amour familiale, leçon de vie, ce livre est pépite comme j’aime le dire !

Des souris et des hommes de John Steinbeck

Ce roman fait définitivement partie de mes préférés. Je ne pleure presque jamais devant un livre, mais celui-ci m’a arraché une larme. Une fois encore, le style d’écriture est plutôt abordable et c’est la simplicité des mots et des émotions qui font de ce roman ce qu’il est : poignant et magnifique.

Une histoire d’amitié hors-norme et inébranlable. Deux hommes qui n’ont pas eu de chances dans la vie, mais qui ne cessent d’avancer pour enfin obtenir la paix et la sécurité tant recherché. Un personnage un peu bête de naissance, un deuxième d’apparence dur et froide et une loyauté sans faille. C’est beau à voir, mais c’est surtout ce qui rend si déchirant cette histoire décrite avec une réalité crue.

Thérèse Raquin d’Emile Zola

Je me souviens encore de ma surprise lors de ma première lecture. Ai-je apprécié ce roman car il met en scène un personnage féminin en quête d’amour et de reconnaissance ? Je ne vais pas abuser et dire qu’on y retrouve des codes de la romance, mais presque. Et finalement, c’est peut-être bien pour ça que j’ai tant apprécié cette œuvre.

Thérèse Raquin est envoyée chez sa tante alors qu’elle est à peine âgée de 2 ans. Elle va grandir avec son cousin Camille, un enfant chétif et fragile, toujours malade. A 21 ans, elle va l’épouser et après quelques années, ils vont partir de leur campagne pour Paris. Thérèse est une jeune femme à la recherche de la vie. Elle ne veut pas d’un quotidien morne et même si elle affectionne son époux, il n’est pas celui qui la fait vibrer…

Ce roman dépeint les réalités de la vie de l’époque, les déboires d’une femme qui ne rêve que de vivre une vie remplie, de la descente en enfer d’amants qui, à trop en vouloir, ont finit par se détruire…

Jules Verne

Ici, pas de titres en particulier mais toute la bibliographie d’un auteur mondialement connu. Jules Verne est un magicien des mots. Il a créé des histoires uniques et mythiques et rien que pour ça, ses œuvres méritent d’être lues.

Bel-Ami de Guy de Maupassant

Une autre lecture faite durant mes années lycées et une surprise également. Bel-Ami retrace l’ascension social d’un jeune homme, Georges Duroy, ambitieux et arriviste, prêt à tout pour atteindre le sommet de la hiérarchie sociale parisienne. Enchaînant les conquêtes, il gravit peu à peu les échelons jusqu’à arriver à ses objectifs.

L’œuvre dépeint les vices de la société, de la politique et de la presse. Il montre le pouvoir de l’ombres des femmes, privée d’opinion publique. Et se lit avec entrain !

Les quatre filles du Dr March (Little Women) de Louisa May Alcott

Je n’ai pas encore lu celui-ci, mais je me devais de le mettre dans ce premier article. Un classique de la littérature américaine, repris à de nombreuses reprises et adapter au cinéma, jusqu’à très récemment. Ce roman divise : soit il est plébiscité soit critiqué. La plus grosse critique entendue dans mon entourage est le côté très moralisateur de l’histoire, ce qui n’est pas étonnant vu le contexte dans lequel il a été écrit : par une américaine vivant au 19e siècle.

Cette œuvre parle d’une famille américaine vivant à l’époque de la guerre de Sécession. On y suit le destin de quatre filles, aussi différentes que complémentaires, avec un caractère qui leur est propre. Considéré comme un livre jeunesse pour beaucoup, je suppose qu’il reste abordable à la lecture. Une bonne excuse pour le découvrir donc !


Voilà pour ce premier article sur les classiques de la littérature à lire ! Point question pour boucler la boucle : quelles sont tes classiques préférés ? Certains de cette liste de font-ils envie ?

9 réflexions sur “Quels classiques de la littérature lire ? #1

  1. Usva K. dit :

    Je n’ai pas encore plongé dans les classiques, mais je pense tenter « Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur » même si je connais l’histoire en ayant vu le film. Mais bon, ce sera intéressant de pouvoir comparer les deux. 🙂 Merci pour cette sélection, ça permet de choisir des pistes de lectures quand ce n’est pas notre genre de prédilection. 🙂

    Aimé par 1 personne

    • lireouecrire dit :

      « Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur » est un très bon choix ! Déjà l’histoire est génial, mais en plus le style d’écriture est très abordable ! Et je suis ravie de voir que cet article ait pu aider, même un petit peu. ☺️

      Aimé par 2 personnes

    • lireouecrire dit :

      Il faut que je lise plus de la bibliographie de Steinbeck et Harper Lee, c’est certain !! Je n’ai encore jamais lu Dostoïevski mais vu sa réputation, il faudrait que j’y remédie… Et les grands auteur-es français-es ! Il y en a tellement, je vais devoir écrire pleins d’autres articles afin de les mettre en avant !

      Aimé par 1 personne

  2. cinqpetitessecondes dit :

    Je me suis remis aux classiques il y a quelques années et quel plaisir ! Quelle qualité d’écriture, quelle justesse souvent dans la description d’autres époques! Je conseille aussi Proust avec Albertine disparue qui n’est pas si difficile d’accès que ça et peut se lire sans suivre la chronologie.

    Aimé par 1 personne

  3. dixvinsblog dit :

    perso je suis une inconditionnelle de Maupassant qu’il s’agisse des nouvelles des contes ou des romans tout est prendre et à apprécier… des souris et des hommes…Georges et Lennie ces deux là m’ont aussi tiré les larmes…

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s