Chronique – Campus Driver T1

C.S Quill s’est imposée dans le monde de la romance ces dernières années et j’avoue non sans une petite honte que je ne l’avais encore jamais lu ! C’est chose faite maintenant puisque j’ai eu le plaisir de lire le premier tome de Campus Driver !

Résumé

L’année universitaire qui débute promet d’être radieuse pour Lane O’Neill. Campus Drivers, l’application qu’il a fondée avec ses meilleurs amis, cartonne. Le concept est simple : jouer les taxis pour étudiant, au volant de voitures de collection. Les filles en raffolent, et les quatre chauffeurs ont à cœur de ne jamais décevoir leur clientèle.

Lane n’a qu’un seul défaut aux yeux de la gent féminine : il ne s’attache pas. Jamais. Dès qu’il pousse la porte de chez lui, il aspire à ce qu’on lui fiche la paix.

Alors comment se retrouve t-il à héberger Lois Hogan, la fille que son voisin vient de larguer?

De l’originalité dans la romance, ça existe ??

Alors oui, la romance étant ce qu’elle est, on retrouve beaucoup de ses codes dans ce premier tome, mais je trouve qu’il est quand même important de souligner l’effort de l’auteure pour se démarquer ! Car oui, Campus Driver fait preuve de certaines originalités et ça vaut le coup de le notifier !

Tout d’abord, le thème de cette saga: des étudiants canons (n’abusons pas non plus sur l’originalité, il y a toujours des canons dans un coin d’une romance) qui montent une entreprise de chauffeur pour étudiants ! Simple, efficace ! Une romance tout aussi simple de par son réalisme et qu’est-ce que ça fait du bien !! (Est-ce que je suis en train de vendre une originalité sur du réalisme tout ce qu’il y a de plus simple ? Oui. Est-ce que je l’assume ? Complètement.) Il faut dire que tout au long du roman, on assiste à des scènes du quotidien réalistes qui nous donnent l’impression d’un souvenir se jouant devant nos yeux. On s’identifie, on s’attache. On sourit aussi, beaucoup ! Des touches d’humour ponctuent le texte pour mon plus grand plaisir !

Mais le réalisme se retrouve surtout dans les personnages. Non, les deux personnages principaux ne tombent pas amoureux en deux jours. Non, les personnages ne sont pas caricaturaux au point de ne pas être crédibles ! Lane n’est pas l’homme parfait, mais il n’est pas un parfait connard imbuvable non plus ! Il est gentil, mais avec des limites. Il peut être un peu revêche, mais comme n’importe qui finalement. Lois est une amoureuse au cœur brisée prête à tout pour reconquérir son ex, quitte à se ridiculiser. *raclement de gorge* Comme beaucoup de personnes non ? Alors oui, on assiste à une histoire d’amour progressive entre deux colocataires forcés qui deviennent des amis qui deviennent des amants, mais C.S Quill le présente tellement bien que ça passe comme une lettre à la poste !

Additivité… Nuit blanche assurée !

Comme je le disais, je n’avais encore jamais lu de roman de C.S Quill donc c’était un peu quitte ou double! Et bien on peut dire que ça a été plutôt double car je n’ai pas lâché le livre avant de l’avoir terminé ! J’aime la romance et j’ai retrouvé avec ce livre tout ce que j’affectionne tant ! C’est simple, fluide, touchant (j’ai presque versé une petite larme, mais je mets ça sur le compte de l’heure très tardive ou matinale selon les points de vues).

Attention tout de même, je te conseille de te procurer le tome 2 avant ou peu de temps après avoir finit ce tome car la fin est des plus sadiques… D’ailleurs, je ne suis pas certaine d’avoir à 100% compris ce qu’il s’est passé… Affaire à suivre !

(Le tome 2 sort début octobre, je dis ça je dis rien.)

3 réflexions sur “Chronique – Campus Driver T1

  1. Homesweetread dit :

    Je me retrouve en tout point dans ta chronique ! J’ai adoré le principe des Campus drivers et toutes les communications via l’application. Du côté des personnages, ils sont tous incroyablement attachants et j’ai eu un coup de coeur sur Lane et Lois mais aussi sur les autres garçons. La fin est horrible, j’ai eu envie de pleurer lorsque je me suis rendue compte qu’il n’y avait pas de pages supplémentaires et que je devais attendre un mois avant la sortie du prochain (déjà pré-commandé d’ailleurs). Par contre, il y a 4 garçons et seulement 3 livres du coup, j’ai trèèèès peur pour la suite !

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s