Loading Boooks – Extraits #3

Après coup…

J’entends une porte s’ouvrir au loin. Des cris résonnent entre les murs et je crois apercevoir des silhouettes passer devant moi. J’ouvre grand les yeux dans une tentative de replacer le monde comme il est censé être. Ce qui veut dire moins flou et plus stable. Une main contre le mur, je me redresse tant bien que mal. L’autre se place sur l’arrière de ma tête où je sens déjà mon crâne se déformer. Il n’y est pas allé de main morte en me repoussant, je vais avoir une bosse pour sûr. ⁣⁣
⁣⁣
Il a fallu que je relance la douleur en passant ma main sur ma blessure pour me rappeler comment elle était arrivée là en premier lieu. La dispute. Je tourne le visage vers l’endroit où ils se trouvaient, un peu trop vivement vu le coup d’électricité qui se déverse dans ma nuque.

A ma droite, je ne vois plus que la femme, aux côtés de Francis qui tente de la calmer. La porte menant à la ruelle arrière s’ouvre brusquement sur un Mute enragé. Je suppose qu’il l’est au vu de son visage fermé et de ses poings serrés. Mais c’est déjà l’attitude qu’il abordait hier soir, qui sait si ce n’est pas une habitude. ⁣⁣

Mon nouveau boss pose les yeux sur moi et lâche un juron en me voyant probablement étêtée, la main toujours posée sur l’arrière de ma tête. Il ordonne à Mute de s’occuper de moi. Sa grimace est rapide, presque imperceptible, mais je l’intercepte juste à temps avant qu’il ne reprenne cette expression vide d’émotion. Visiblement, il est aussi ravi que moi.⁣⁣
⁣⁣
J’étais censée être la sauveuse et voilà que je deviens la sauvée. Bien joué. ⁣

Une moto. Ça ne suffit pas que Francis oblige Mute-je-ne-dis-pas-mon-prénom à me ramener chez moi, il faut qu’il soit motard. Un engin de la mort sans carcasse pour me protéger en cas de collision. Je reste immobile, plus proche de la porte, prête à m’enfuir en courant. Mute n’a pas l’air de remarquer mon trouble, trop occupé à farfouiller dans la soute de sa moto. Dire que je suis surprise quand je le vois sortir un casque serait un euphémisme. Alors quand il en sort un deuxième… Il me le tend, me regardant à peine. Je suis obligée d’avancer, apparemment condamnée à le suivre. ⁣

Au moins j’évite le bus à une heure tardive, tout comme les fêtards du vendredi soir. La moto apparaît soudain comme l’option la plus sure. Du coin de l’œil, je le vois enfiler son casque, ce qui m’arrache un sourire. Alors qu’il pose enfin un regard sur moi, un sourcil se soulève, interrogateur. Je hausse une épaule avant d’enfiler le mien et d’enfourcher la Bête. Je ne l’aurais jamais cru du genre à porter un casque. Voilà tout.⁣


Home Sweet Home

J’entends la moto accélérer au moment où la porte d’entrée se referme. A l’intérieur de la maison, tout est calme. Le son étouffé de la télévision me parvient du salon. Je prends le temps de me déchausser et de retirer ma veste avant de me rendre dans la pièce, seulement éclairée par l’écran. Sur le fauteuil à moitié défoncé est reposé le corps de ma mère. Elle est recroquevillée sur elle-même, sa tête pendant dans le vide d’une façon peu confortable. Je reste immobile, juste une seconde, observant ses traits paisibles, si rares.

Ce sont les rayons du soleil qui me réveillent, à une heure bien trop matinale pour me mettre de bonne humeur. Pourtant je me lève, sachant pertinemment que le reste de ma nuit est foutue. Quand je passe dans le couloir, je jette un coup d’œil vers le salon où ma mère dort encore, cette fois-ci allongée sur le canapé. L’écran de la télévision est éteint. Je continue ma route jusque dans la cuisine. Les murs, bien que jaunies par le temps, attrapent la lumière naturelle et donnent un éclat peu confortable dès le réveil. La lumière révèle surtout l’état de la pièce. La poubelle est sur le point de déborder. La bouilloire encore pleine d’eau repose sur la plaque de cuisson, heureusement éteinte, avec à ses côtés une casserole contenant des pâtes compacts. Parce que le déni est ma seule arme, je détourne les yeux pour me servir un long café. D’abord reprendre des forces, ensuite avancer.


Tu n’as pas lu mon article qui explique ce nouveau projet écriture ? Retrouve-le par-ici.

Et si tu ne veux pas attendre dimanche prochain pour avoir la suite, rejoins-moi sur le compte Instagram @loading_books où je poste quotidiennement de nouveaux extraits !


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s