Chronique – C’est juste un collègue

Je me souviens avoir découvert cette histoire sur Fyctia, alors que l’auteure était en train de la construire chapitre après chapitre. Alors quand Margherita Gabbiani est venue à moi pour me prévenir de sa sortie, j’avoue j’ai ressenti une petite excitation / fierté de voir ce roman prendre vie grâce à l’auto-édition ! Je n’ai pas hésité bien longtemps avant d’accepter de le lire et de chroniquer cette nouvelle sortie !

Résumé

À 27 ans, Margaux croit son avenir tout tracé avec Jean, son fiancé. Malgré des hauts et des bas, elle est persuadée que leur idylle est faite pour durer… Mais ses certitudes flanchent lorsqu’elle est recrutée dans l’agence digitale Kreatio. Elle se laisse entraîner par l’ambiance festive et légère de la start-up… et se rend compte que le doux sourire de l’homme qu’elle croise tous les jours à la machine à café ne la laisse pas indifférente.

Mais lorsque l’envie de séduire se transforme en un désir bien plus profond, Margaux se trouve confrontée à un dilemme. Sera-t-elle prête à renier tous ses principes juste pour lui, son collègue ?

Un triangle amoureux ?

Je ne te spoile pas en te disant que Margaux, notre héroïne, va se retrouver au milieu d’un sacré bazar lorsqu’elle va éprouver une attirance (non) contrôlée pour un de ses nouveaux collègues alors même qu’elle est déjà fiancée à Jean ! Je sais que le schéma triangle amoureux ne fait pas l’humanité : soit on adore, soit on déteste. Je fais partie des personnes qui apprécient quand c’est bien mené. C’est un peu quitte ou double chez moi… Et pour cette histoire, j’avoue que ça a été digne des montagnes russes des émotions !

Vois-tu, Margaux a conscience des nouveaux désirs qui naissent en elle, tout comme elle se pose des questions sur son mariage à venir avec un homme qui, il faut bien l’avouer, ne fait plus trop rêver (dans le genre « elle a accepté de m’épouser, pourquoi continuerai-je à faire des efforts pour la séduire, c’est déjà plié ! ») Même toi, en tant que lecteur, tu te demandes pourquoi elle se pose ces questions alors que les réponses semblent si évidentes. Mais à un certain moment que je tairais pour ne pas réellement te spoiler cette fois-ci (car oui, l’auteure ne s’est pas contenté de la facilité et a décidé d’ajouter un peu plus de piments problèmes dans la vie de son héroïne), Margaux m’a profondément agacé. Là, il est question d’opinion personnel et de ce que j’aime / déteste chez une personne. Disons qu’à ce moment-là, je n’aurais pas été une très bonne amie pour notre petite Margaux…

Il faut dire que l’auteure ne l’a pas vraiment placé sous son meilleur jour, décidant d’ajouter des points de vues alternés entre Margaux et son amant, nous laissant tout le loisir de le découvrir. Résultat des courses, je me suis attachée à lui et l’indécision de Margaux, ou plutôt son incapacité à remettre sa vie dans le droit chemin m’a agacé ! Surtout quand elle blesse un peu plus les personnes qui l’entourent…

Ironique situation

Ironique, car c’est pourtant la manière dont l’auteure a traité la question de l’infidélité qui m’a réconcilié avec Margaux… En effet, Margherita ne s’est pas contentée de jeter son héroïne dans les bras d’un autre homme avant de la faire pleureur des torrents de larmes. Elle a prit le temps de lui faire faire une introspection sur ses désirs, d’où est-ce qu’ils venaient et pourquoi elle les ressentait. Est-ce la peur d’un mariage à venir ou est-ce plus profond que cela ? Peut-être est-ce un besoin de se sentir désirer, attirante, enviable, ou bien est-ce une façon de casser un quotidien devenu trop morne. Finalement, l’auteure place Margaux comme une jeune femme lambda, dans le sens où ce qu’elle ressent à ce moment de sa vie est un sentiment qui aurait pu être partagé par un grand nombre de personnes. On ne la condamne pas pour les actes qu’elle commet, au contraire, on les légitime. Alors non, l’infidélité n’est pas un acte facile et encore moins pardonnable. Il vient avec des conséquences et l’auteure nous les rappelle parfaitement. Mais elle nous rappelle aussi que l’on reste humain, avec nos forces et nos faiblesses et que personne ne mérite d’être flageolé sur la place publique pour être perdu dans sa vie !

Je ne vais pas mentir, je ne comprends toujours pas la moitié du comportement de Margaux, mais ce que je retiens de cette histoire c’est que personne n’est parfait et que l’on a le droit de faire des erreurs. On peut croire avoir trouvé le grand amour puis de se rendre compte que ce n’était pas le cas, et ce n’est pas bien grave. Mais surtout, on ne contrôle pas nos sentiments et il n’y a personne à blâmer pour ça !

Une réflexion sur “Chronique – C’est juste un collègue

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s