Chronique – Les MacCoy, L’ogre et le chardon

Je n’avais pas vraiment prévu cette chronique, mais en finissant les dernières lignes de cette histoire, je n’ai pu m’empêcher d’ouvrir un fichier word et taper mes ressentis à chaud ! Les MacCoy d’Alexiane Thill me faisait de l’œil, mais je n’avais pas encore sauté le pas jusqu’à ce que je tombe sur le challenge #JuinRomance et que je la choisisse pour une des catégories. Bilan de cette lecture ?

Résumé

Et si les clans d’Ecosse n’avaient jamais disparu ? Et s’ils continuaient à diriger les Highlands à l’insu du reste du monde ?

Quand Phèdre arrive à Édimbourg pour respecter les dernières volontés de son père, elle se retrouve malgré elle entraînée dans ce monde de clans et de querelles sanglantes qui lui est inconnu. Recueillie par le fougueux et irascible Caleb, chef du clan MacCoy, elle se révèle bientôt être une pièce maîtresse sur l’échiquier du pouvoir…

Une romance, mais pas que !

L’histoire démarre avec l’arrivée de Phèdre sur les terres écossaises. Dès le début, le lecteur apprend qu’elle n’est pas là par hasard et qu’elle semble fuir quelque chose de son passé. Déterminée à aller de l’avant, elle se débrouille pour obtenir un boulot et si son but premier était de se faire discrète, elle va se retrouver embarquer dans de sales histoires, bien malgré elle.

Elle va croiser la route de Caleb, alias l’Ogre, qui est bien loin de l’image du mec parfait. Il est froid, presque méchant, n’accorde que peu de pitié. Un caractère à la hauteur de son statut de chef de clan et qui, pourtant, va se voir évoluer au gré de l’histoire. Même si j’ai beaucoup apprécié la construction des deux personnages principaux, je regrette un chouilla l’évolution de Caleb. Finalement, il ne garde pas cette image de chef dur et tourne en une version plus tendre. Il y a une explication à cela, bien sûr, mais j’aurais peut-être préféré le voir tenir cette carrure jusqu’au bout.

Quant à Phèdre, cela fait bien longtemps que je n’avais pas autant apprécié un personnage féminin! J’ai apprécié sa mentalité, le fait qu’elle ne soit pas totalement bad ass, ni un maillon faible. L’auteure l’a fait évoluer au gré des chapitres et des découvertes. Le lecteur assiste à sa construction ainsi qu’à sa reconstruction, finalement. Elle garde ses faiblesses, tout en acquérant de nouvelles qualités nécessaires face aux événements qui se préparent pour elle… Ce premier tome terminé, je n’ai qu’une hâte, connaître la suite et voir ce que l’auteure nous réserve pour ce personnage! Sans parler de la relation entre Caleb et Phèdre qui, bien qu’elle soit naturelle, est bien plus compliquée qu’il n’y paraît. Des obstacles vont se mettre en travers de leur chemin et pas sûr que certains puissent être surmontés… Le dernier chapitre nous laisse dans le flou le plus total, pour mon plus grand plaisir!

Les MacCoy, un roman historique ?

Et bien, je n’en suis pas certaine, je le pensais! De part la couverture peut-être, mais surtout parce que j’étais persuadée qu’il avait été présenté comme tel à sa sortie. J’avoue l’avoir acheté par simple bouche à oreille, sans même lire le résumé et c’est peut-être ce qui m’a enduite en erreur puisque je ne savais pas de quoi il parlait. Qu’importe, cela reste une bonne surprise même si je ne sais toujours pas comment qualifier ce roman. Historique, ou pas?!?

En soit, l’auteure s’est appliquée à créer un flou parmi les époques. Les MacCoy se passe bien aux 21e siècle, mais dans les traditions écossaises des siècles derniers. Il est question de clans, de pupilles, de pensées archaïques digne du Moyen-Âge. Ce roman n’est pas vraiment un roman historique, mais il s’y apparente! Durant toute ma lecture, j’ai eu l’illusion de me promener dans une vieille Écosse et de découvrir la vie de ses habitants ainsi que leur coutumes. Finalement, je n’ai été ramené à notre époque qu’à l’évocation d’objets modernes tel que le portable.

Encore mieux qu’un voyage dans le temps, les siècles se mélangent et gomment les limites de notre réalité! Mystique!

Un vrai coup de cœur

Ma première réaction à la fin de ma lecture fut « pourquoi est-ce que je n’ai pas lu ce roman plus tôt ? Pourquoi l’ai-je laissé prendre la poussière si longtemps ? » Puis finalement, je me suis rendue compte que ce n’était pas si mal car au vu de la fin, je suis plus qu’heureuse de n’avoir à attendre qu’une semaine avant de tenir le deuxième tome entre mes mains ! Ce roman est un réel coup de cœur! J’ai tout simplement adoré cette lecture, même si les premiers chapitres m’ont laissé sceptiques. Je ne savais pas trop dans quoi je m’aventurais et l’action n’était pas encore mis en place. Mais une fois fait, j’ai eu toutes les peines à lâcher mon téléphone.

La plume de l’auteure est parfaite! Elle a su me faire voyager en Écosse avec brio et malgré mon manque de connaissances sur ce beau pays, j’ai pu me l’imaginer sans grande difficulté. Il y a également un bon dosage entre les explications historiques et l’histoire en elle-même qui ne se retrouve pas alourdit. Pour moi c’est un sans faute et il me tarde de me plonger dans ce deuxième tome et d’en apprendre plus sur l’histoire de Phèdre, de Caleb et de tous ceux qui les entourent!

Si j’ai réussi à ne serait-ce qu’attiser ta curiosité, je te laisse le lien vers l’achat du Tome 1 et le Tome 2 déjà disponible en pré-commande !

2 réflexions sur “Chronique – Les MacCoy, L’ogre et le chardon

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s