Chronique – Rien de plus grand de Malin Persson Giolito

Je ne suis pas une habituée du genre. Les thrillers campant ma bibliothèque se comptent sur les doigts de ma main et pourtant je n’ai pas réfléchi très longtemps avant de commencer Rien de plus grand, que tu connais peut-être sous le nom de Quicksand maintenant ! En effet, une première édition est publiée en 2018 et sous l’ampleur du succès, Netflix rachète les droits pour adapter le roman en série, fraichement disponible ! Avant de me lancer dans la série, il fallait absolument que je lise le roman, forcément, et c’est chose faite !

Résumé 

La pièce empeste les œufs pourris. L’air est lourd de la fumée des tirs. Tout le monde est transpercé de balles, sauf moi. Je n’ai même pas le moindre bleu.
Stockholm, sa banlieue chic. Dans la salle de classe d’un lycée huppé, cinq personnes gisent sur le sol, perforées de balles. Debout au milieu d’elles, Maja Norberg, dix-huit ans à peine, élève modèle et fille de bonne famille. Son petit copain, le fils de la plus grosse fortune de Suède, et sa meilleure amie, une jolie blonde soucieuse de la paix dans le monde, figurent parmi les victimes, ainsi que Samir, brillant fils d’immigrés décidé à s’affranchir de sa condition.

Neuf mois plus tard, après un battage médiatique qui a dépassé les frontières suédoises, le procès se tient. Mais qui est Maja ? Qu’a-t-elle fait, et pourquoi ?


Une atmosphère angoissante

Le point de vue est de Maja. Le récit se fait sous la première personne du singulier et plonge le lecteur dans les pensées torturées d’une adolescente qui a vu ses amis et son petit-ami mourir sous les balles. Ambiance !  

« Personne ne m’avait demandé si je voulais sauver Sebastian, mais aujourd’hui tout le monde me reproche de ne pas y être parvenue. »

L’atmosphère du roman est froide et sanglante. Maja est cynique, qui ne le serait pas à sa place ? Elle a un langage parfois cru et semble distante face à la situation dans laquelle elle se trouve. Ses pensées m’ont perturbé en tant que lectrice car je n’arrivais pas à me faire une opinion sur elle. Une question se pose rapidement : est-elle victime ou coupable ? Elle est retrouvée sur la scène du crime, ses amis morts autour d’elle et une arme porte son ADN. Tout semble la désigner et pourtant, rien n’est aussi simple…

Je dois dire que j’ai été certaine de son statut lors des derniers chapitres seulement. Durant toute ma lecture, le doute persistait, car les deux issues sont plausibles.

J’ai beaucoup aimé la structure du roman qui alterne point de vu du présent avec le procès de Maja et flash-back mettant en scène les derniers mois écoulés avant la tuerie. On y découvre d’abord les victimes éloignées, le simple professeur et Dennis, un élève qui importe peu à Maja. Puis très vite, Sebastian apparaît. Sebastian est charmant et riche. Tout le monde veut être aimé de Sebastian, mais peu l’aime vraiment en retour. Maja est probablement l’exception. Elle est irrésistiblement attirée par lui et pire encore, elle se sent presque redevable à son égard pour l’avoir remarqué. Le couple naît, et une relation toxique débute.

Un roman fictif, mais pas que…

Toxique est un terme trop faible pour décrire ce qui entoure Maja, et surtout Sebastian. Je ne vais pas m’étaler sur tous les éléments qui font froid dans le dos et qui jalonnent ce récit pour éviter tout spoil éventuel, mais cette relation malsaine est le fil rouge de ce récit.

L’auteure n’a pas seulement créé de toutes pièces une histoire de tuerie et de procès pour déterminer si la seule personne ressortie vivante est coupable ou non. Elle met en avant le portrait d’une jeune fille seine d’esprit et non disposée à commettre un crime, qui fait la rencontre malheureuse d’un être brisé. Un être humain délaissé, humilié par son propre père et qui se console avec l’argent de ce dernier. Car oui, Rien de plus grand évolue au sein des foyers les plus riches de Suède, là où fête rime avec débauche et argent avec auto-destruction.

En tant que lecteur, on sait que Sebastian a une part de responsabilité dans ces meurtres, mais qu’est-ce qui pousserait un jeune homme destiné à un avenir doré à commettre un tel acte d’horreur ? Comment Maja a pu se faire entraîner dans cette descente aux enfers et à quel point est-elle responsable de ce qu’il s’est passé dans cette salle de classe ? Connaissait-elle les intentions de son petit-ami avant que celui-ci ne se rende au lycée ? 

« Mais je n’ai pas dit que c’était du soulagement que j’avais éprouvé dans l’instant. Que mon sang grondait, rugissait dans ma tête, et que j’avais sincèrement cru contrôler la situation. S’il me frappait, je devenais intouchable. S’il me tabassait, tout le monde allait enfin voir sa vraie face, et je serais libéré d’un poids, peut-être même de lui. »

Des questions qui obtiennent des réponses au fur et à mesure des chapitres et qui laissent un goût amer au fond de la bouche. Car la vérité c’est que, coupable ou victime, Maja représente une réalité, celle d’une jeune fille à peine adulte qui se voit manipulée et utilisée et ce, par son entourage au grand complet. Ses parents la pousse toujours plus dans les bras d’un garçon instable, mais promit à un bel avenir. Elle se voit donner des responsabilités bien trop lourdes à supporter et se fait lâchement abandonné en cours de route.

Le portrait d’une adolescente violentée qui raisonne au sein de notre société actuelle et qui nous montre à quel point une situation, d’abord jugée anodine, peut rapidement tourner à la catastrophe.

7 réflexions sur “Chronique – Rien de plus grand de Malin Persson Giolito

  1. entournantlespages dit :

    Quand j’ai vu la série adaptée arriver sur Netflix, je me sus rappelée que j’avais le livre en numérique et il serait temps que je lise lise surtout que le trailer de la série m’a donné encore plus envie de découvrir cette histoire.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s