The Silent Waters de Brittainy Cherry

Qui n’a pas entendu parler de la saga Elements ? Après avoir vu ces romans défiler de partout, je me suis enfin lancée et j’ai acheté le premier tome ainsi que le troisième pour trois fois rien à Gibert Joseph ! La particularité de cette saga est que chaque livre peut se lire indépendamment : autre excuse pour craquer pour ces deux romans !

Résumé de l’éditeur

Pour ma part, j’ai pris le parti d’acheter et commencer les livres sans même regarder la quatrième de couverture, mais si ça t’intéresse, voici le résumé de ce troisième tome :

 

« Notre vie est faite de moments. Certains terriblement douloureux, d’autres merveilleusement optimistes.

J’ai connu beaucoup de ces moments dans ma vie, des moments qui m’ont changée, des moments de défi. En tout cas, au cours des moments les plus importants – des plus déchirants et des plus incroyables – il était toujours là.

J’avais huit ans quand j’ai perdu ma voix. Une partie de moi m’a été volée, et la seule personne qui pouvait vraiment entendre mon silence était Brooks Griffin. Il était la lumière de mes jours sombres, la promesse du lendemain, jusqu’à ce que la tragédie le rattrape.

Une tragédie qui a fini par le noyer dans un océan de souvenirs.

C’est l’histoire d’un garçon et d’une fille qui s’aimaient l’un l’autre, mais qui ne s’aimaient pas eux-mêmes. Une histoire de vie et de mort. D’amour et de promesses brisées. »

 

Mon avis sur The Silent Water

Que dire de cette première lecture … Il faut dire que j’en attendais beaucoup ! Tout le monde semblait tellement emballé, j’avoue avoir posé cette saga sur un piédestal. Alors déçue ? Pas vraiment !  Ce n’est peut-être pas le coup de coeur que j’avais espéré, mais cela reste une très bonne découverte.

La plume de cette autrice est tout ce que j’aime : elle est douce, presque poétique et pleine de sens ! Elle nous amène dans un monde rempli d’émotions et j’avoue avoir eu les larmes aux yeux à plusieurs reprises.

The Silent Waters dépeint une histoire réaliste, menée à la perfection par l’autrice qui ne rentre jamais dans le cliché ou l’improbable. On découvre Brooks et Maggie May en tant qu’enfant, adolescent et adulte. On les suit tout au long de leur vie. Une histoire d’amour qui naît au fil des années et de la lecture entre deux personnages aussi forts que fragiles. Des thématiques qui parlent de la reconstruction, du traumatisme, de la famille et de l’amitié. Une histoire pleine d’émotions et de vérités issues d’un monde réel.

J’ai adoré me plonger dans ce roman qui mélange douceur et récit poignant. Un petit plus pour le monde littéraire dans lequel m’a plongé l’autrice grâce à la passion de Maggie May pour les livres. Une furieuse envie de me mettre à coller des post-it partout dans mes romans me prend maintenant ! La musique obtient aussi une place importante dans ce roman, plus qu’une passion, un moyen de guérir. J’ai même ressorti ma guitare pour essayer de gratter quelques accords !

Malgré tout, j’ai relevé quelques points « négatifs » selon moi. Je préfère prévenir, si tu n’as pas lu le roman et que tu ne veux pas en apprendre de trop, saute ce passage !

thesilentwaters_lireouecrire_spoiler.gif

Rien de bien dramatique ou qui a entâché ma lecture, mais j’avoue ne pas avoir été très convaincu sur les points suivants:

  • La maturité dont fait preuve Brooks dans les premiers chapitres alors qu’il n’a que 10 ans. Sa manière de raisonner ou même le vocabulaire employé ne correspondent pas à un enfant, trop soutenu à certain moment ! Autant Maggie était plutôt bien représentée, autant je suis restée sceptique concernant Brooks…
  • La première fois où Maggie reparle… On suit ses problèmes et la frustation de ses proches face à son mutisme. Autant j’ai beaucoup apprécié de voir que ce mutisme durait des années et restait parfaitement crédible, autant la scène où elle prononce ses premiers mots me dérange. Pas une fausse note, pas de voix qui déraille et un petit pavé qui sort d’un coup. J’avoue ne jamais avoir rencontré de personne avec ce soucis de mutisme, mais la façon dont elle en sort ne me semble pas crédible ou en tout cas trop « facile ». Un peu déçue puisque l’autrice avait réussi à décrire quasiment à la perfection les techniques pour communiquer autour de la voix et tout le roman tourne autour de ce mutisme. Mais bon, je reste satisfaite de la fin et peut-être que l’autrice a fait ce choix dans un soucis de créativité !
  • De même, je reste frustrée par la révélation finale et le dénouement qui va avec. 20 ans de mutisme sans que personne ne sache ce qui est arrivé à Maggie May ce fameux jour dans les bois. 20 ans où elle gardera le silence, dans tous les sens du terme. Et en quelques chapitres, elle se confie et fait arrêter le meurtrier du bois. Je ne sais pas trop, je suis restée devant mon bouquin un peu surprise et déçue de voir presque un manque de réaction « normale » de la part de son entourage ou en tout cas la facilité avec laquelle tout ce dénoue. Je ne dis pas que j’aurais préféré avoir une centaine de pages supplémentaires tournant autour de ce dénouement (ce qui aurait été inutile, je le conçois), mais la fin est clairement trop rapide à mon goût au vu de l’importance qu’à eu cet événement dans la vie de Maggie !

 

thesilentwaters_lireouecrire_spoiler

TOI QUI A ARRETE PLUS HAUT, TU PEUX REPRENDRE !

Ce que je retiens de ce roman, ce sont surtout les dialogues des personnages qui ne passent jamais la barre du nian nian! C’est beau, c’est touchant et c’est bien fait! Première fois de ma vie que j’ai posé un post-it pour retrouver à tout moment une déclaration d’amour qui m’a laissé rêveuse. Peut-être est-ce Maggie May qui m’a inspiré ou peut-être que ces mots sont juste trop magnifiques pour être laissés de côté… A toi d’en juger!

Em.

« Enfin, je te regarde et je ne peux pas m’empêcher de me dire « Whouah! j’aime vraiment cette fille là, maintenant. » tu sais ? J’aime tout chez toi. Les moments faciles et les autres. Peut-être que je t’aime encore plus dans les jours difficiles. Je ne sais pas si j’ai raison de le dire, parce que je ne sais pas si tu es prête, mais ce n’est pas grave. Prends tout le temps qu’il te faudra, mais je voulais que tu le saches, parce que quand on aime quelqu’un, je crois  qu’il faut le crier , sinon, cet amour dans ta poitrine devient un peu pesant. Il t’alourdit , et tu commences à te demander si l’autre t’aime aussi. Je ne me fais pas de souci pour ça, remarque. Je suis là, à côté de toi, je regarde sur ton visage  les petites tâches de rousseur que la plupart des gens ne voient pas, et je me dis à quel point je t’aime en ce moment. »

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s